Vous êtes ici : Accueil > À la découverte de Bruges > Venir à Bruges en Belgique, les choses à savoir

> ... > Venir à Bruges en Belgique, les choses à savoir
Actualisé le 25 mai 2022

Venir à Bruges en Belgique, les choses à savoir

Bruges est une très belle destination touristique. Beaucoup de français y viennent sur 1 ou 2 jours. Depuis la France, le voyage est rapide et peu cher. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’imprégner des us et coutumes des belges et de respecter le pays qui nous accueille. Alors pour éviter les impairs et les incompréhensions, voici quelques règles à connaître lorsqu’on découvre Bruges et la Belgique.

Les Belges sont accueillants

En Europe, il y a beaucoup de très beaux lieux à visiter. Certaines destinations n’ont pas besoin d’attirer les visiteurs. C’est le cas des grandes capitales et de certaines villes incontournables. Bruges fait ici figure d’exception et les voyageurs connaissent la destination. C’est moins le cas des autres villes de Belgique et même Gand, Anvers et Bruxelles sont un peu boudé. Pourtant, il y a plein de belles choses partout en Belgique et comme le pays est petit, tout est proche. En 2h, il est possible de traverser le pays, de voir des paysages très variés et de rencontrer les belges.

Comme la Belgique est un peu perdue au milieu de grandes destinations au sein de l’Europe, la Belgique ne subit pas vraiment les contraintes du tourisme de masse. À ce sujet, voir l’article dédié pour Bruges qui est l’exception locale. Dans les faits, les belges n’en ont pas marre des touristes et les voyageurs sont généralement bien accueillis. C’est l’occasion parfaite pour échanger avec des locaux.

Quelle langue faut-il parler ?

Le sujet de la langue peut crisper les belges. Lire la page dédiée au sujet. Pour un vacancier, un peu de géographie et de politesse permet de ne pas brusquer vos interlocuteurs. Bonjour, s’il vous plaît, merci… ce n’est pas très compliqué et ça permet de commencer un échange sous les meilleurs hospices.

À Bruges et au nord d’une ligne horizontale imaginaire qui va de Courtrai à Maastricht, on parle néerlandais. Bruges, étant bien plus au nord, on y parle néerlandais. Les commerçants et les professionnels travaillant avec les voyageurs peuvent aussi parler français. Et tout le monde peut parler anglais. Donc, soit vous savez ou vous vous trouvez et vous pouvez commencer la discussion dans la bonne langue, soit il est préférable de commencer avec la langue neutre, l’anglais.

Les villes de Belgique ont parfois plusieurs noms. Le nom indiqué sur les panneaux est le nom donné à la ville dans la langue locale. Sur un même itinéraire, les panneaux peuvent tous indiquer la même ville mais au fil du trajet, le nom va changer. Pour Bruges, la situation n’est pas problématique. En néerlandais, la ville se nomme Brugge. Plus embêtant, la ville de Lille, pour le trajet du retour s’écrit Rijsel.

Flandre et Wallonie

Le pays est très divisé sur la question. Pour ne pas être pris à partie ou déclencher des discussions houleuses, mieux vaut s’abstenir d’aborder le sujet. Il ne faut pas non plus faire l’amalgame entre langue et région. On ne dit pas que Bruxelles est peuplée de français parce que les gens parlent français à Bruxelles. Idem pour les flamands. Ils parlent certes néerlandais mais n’aiment pas être confondus avec le Pays-Bas tout proche.

Pays progressiste

La Belgique a légalisé l’euthanasie et le mariage homosexuel au début des années 2000. Le pays a une proportion très importante de femmes en politique. L’éducation est obligatoire jusqu’à 18 ans. La culture est mise en avant dans le pays (théâtre, littérature, bande-dessinées, cinéma…). Mais la fracture de la langue est une réelle barrière.

Avec la bière, il faut être humble

Les belges sont très friands de bière. Chaque belge en boit 100 litres par an en moyenne. Il existe plus de 800 sortes de bières. L’étape dégustation de bière locale est pour beaucoup un incontournable. Attention cependant : le taux d’alcool est plus important que les bières françaises et les verres sont plus gros que ceux auxquels on est habitué dans l’hexagone. Déguster, oui mais avec modération. Et tant pis si le verre n’est pas fini, il vaut mieux pouvoir profiter des heures à venir plutôt que d’avoir mis un point d’honneur à finir sa bière et être malade.

Un mot par rapport aux verres à bière. Chaque bière a ses propres contenants réalisés sur-mesure pour profiter au maximum de l’expérience de dégustation. Les propriétaires de bar ont des stocks de verres pour chaque bière et comme il y a beaucoup de bière, ça fait beaucoup de verres différents. Certains consommateurs indélicats profitent de leur passage au bar pour soustraire les verres et les ajouter à leur collection personnelle. Plus qu’ailleurs, ce geste déplacé est mal vu.

Avec le chocolat et les gaufres, un peu moins

La Belgique est le pays du chocolat. Les belges en consomment plus de 20 kilos par personne et par an. On les appelle pralines et les chocolatiers ont pignon sur rue. Même Jeff de Bruges ? à vous de cliquer pour avoir le fin de mot sur ce chocolatier que tout le monde connaît.

Le chocolat est une institution en Belgique et c’est dans l’aéroport de Bruxelles qu’il s’en vend le plus au monde.

Les gaufres ne sont pas uniques, aussi, ne soyez pas surpris si d’un magasin à l’autre, elles sont des formes et des goûts différents. Tout comme les eskimos ont plus de 50 mots pour parler de la neige, les belges distinguent les galettes, les gaufres de Bruxelles et celles de Liège et puis aussi les gaufres flamandes, les gaufres campinoise, les gaufres de chasse ou groumiotes… Bref, il y en a pour  tous les goûts.

La Belgique, pays sûr ?

La Belgique est un pays sûr. Il faut être vigilant mais il n’y a pas de risque particulier différent de ce que l’on connaît en France. Les grandes villes et les zones de grand passage (gares, métros, aéroports) sont des lieux ciblés par la petite délinquance et les pickpockets. Ne laissez donc pas vos bagages sans surveillance. Faites attention avec vos cartes bancaires lors de leur utilisation.

Quel budget prévoir ?

Le même qu’en France.

Quels sont les usages au restaurant ?

Il y a des différences par rapport à la France. Voir la liste des spécificités belges ici. Et même si les belges sont fans inconditionnels de frites, ils n’affectionnent pas la restauration rapide industrielle.

Vraiment si plat ce pays ?

La Belgique est plate, c’est vrai mais dans les Ardennes, le point culminant s’élève à 694m. Tout est collines et douceurs mais ce n’est pas plat partout. Pour venir découvrir la Belgique, pas besoin de chaussures de marche mais de bonnes baskets dotées de crampons feront l’affaire pour les balades dans les nombreuses forêts qui ne manqueront de glisser lors des épisodes pluvieux.

La Belgique peut être découpée en 3 grandes zones géographiques (la Basse, la moyenne et la haute Belgique). Le sud du pays ressemble à la Lorraine et cultive un peu de vigne sur des coteaux doucement vallonnés. La région est touristique et plaît beaucoup aux hollandais. Plus au nord, les cultures s’étendent à perte de vue et tout est très très plat. Encore plus au nord, place à l’industrie et aux zones les plus peuplées.