Sur-tourisme à Bruges, l’étude du parlement européen

En janvier 2019, le comité TRAN a remis au parlement européen un rapport sur le sur-tourisme en Europe. Plusieurs destinations touristiques sont étudiées dont la ville de Bruges en Belgique.

Le rapport se penche sur les problématiques complexes liées au sur-tourisme et conclut qu’en raison de la très grande variété de situation, seules des mesures destination par destinations permettront de résoudre les difficultés rencontrées. Parmi les principaux résultats, il ressort que ce ne sont pas les villes qui sont les plus vulnérables du sur-tourisme mais plutôt les îles, côtes et sites ruraux.

Informations clés du sur-tourisme pour Bruges

  • Nombre de visite record sur la dernière décennie (presque 9 millions de visiteurs en 2015)
  • 60% des visiteurs de Bruges restent seulement 1 journée
  • En 10 ans, le nombre de visite à augmenté de 64% et le nombre de nuitées a bondi de 56%. Les infrastructures hôtelières ont grandi rapidement elles aussi
  • La saisonnalité était très marquée. Grâce aux actions engagées, c’est moins vrai. Mai, juillet, août et décembre sont les mois les plus chargés.
  • Il y a 16 visiteurs pour 100 habitants à Bruges et 140 touristes par km2/j
  • 150 bateaux de croisières et 300000 passagers annuels pour le port de Zeebrugge : les groupes de touristes et les passagers de bateaux de croisières ont été identifié comme un des problèmes centraux.

Conséquences du sur-tourisme à Bruges

  • Forte concentration de visiteurs dans le triangle d’or autour du marché aux œufs dans le cœur historique
  • Difficultés de circulation et de mobilité, embouteillages, conséquence directe des visites à la journée (notamment en provenance du port)
  • Augmentation des coûts de la vie et notamment des coûts de l’immobilier
  • Transformation du centre historique en « parc d’attraction » avec de trop nombreuses boutiques de souvenirs, de chocolats et de bières ce qui ne plaît pas aux locaux

Mesures prises pour contrer le sur-tourisme à Bruges

Déjà évoqué ici, les différentes mesures sont :

  • Depuis 1996, concentration dans le triangle d’or pour soulager le reste de la ville
  • Arrêt de la création d’hôtels
  • Tours guidés de la ville encadrés (licences nécessaires, nombre limité, port d’appareils auditifs plutôt que d’amplification du son…)
  • Taxe spécifique pour les location de courte durée
  • Offre « Bruges City Card » pour encourager les visites plus longues et aller voir plus loin que l’hyper centre médiéval
  • Marketing ciblant les familles, les événements culturels et les activités hors-saison

Le but est désormais de stimuler l’économie locale et de :

  • Transformer les visites d’un jour en provenance de Zeebrugge en visites plus longues et en faire un port d’arrivées/départs plutôt qu’un port de transit à la journée
  • Diffuser les visiteurs au-delà du triangle d’or et les répartir tout au long de l’année

Le rapport complet de 260 pages (en anglais seulement) est librement téléchargeable depuis le site du parlement européen.

Photo : Cs Belgium





Qu'avez-vous pensé de cette page web ? Votez maintenant : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles