L’histoire de Bruges

La cité belge a joué un rôle de tout premier plan au moyen-âge en servant de place d’échange internationale et de bourse ou se rencontraient grands marchands du monde entier.

Se protéger des Vikings

Bruges est une ville plutôt récente. Les plus anciennes traces d’habitation remontent au 9ème siècle. À l’époque, le bord de mer est la cible des vikings qui pillent et sont craints par les populations locales.

Pour remédier à la situation le comté de Flandres est instauré par Baudouin. Au centre de ce nouveau territoire, Bruges est la place forte qui protégera les habitants. Situé sur un bras de mer la ville “Bryggia” qui signifient “lieu de mouillage” en norrois donne le nom que nous connaissons actuellement à la ville.

La place principale (le Burg) est créé. Des routes sont construites de même que la première cour de justice.

La mer du Nord, opportunité commerciale

C’est l’accès direct à la mer qui permettra à Bruges de se transformer en ville florissante. Au début du 11ème siècle, le Burg est un port connu et la ville est suffisamment protégée pour que les attaques vikings stoppent. Les canaux sont alors construits tout comme les murs actuels de la cité. Une petite dynastie de châtelains facilite le développement de la cité.

En 1134, une forte inondation creuse un chenal plus important jusqu’à la mer du Nord. C’est l’occasion pour la ville de renforcer ce qu’à fait dame Nature. Une grande digue (damme) est gagnée sur la mer. En réalisant cette opération de génie civil, le petit port local peut désormais viser grand.

Quand les français s’en mêlent

En 1300, la Flandre est rattachée à la France. Souhaitant lever un impôt supplémentaire, le roi Philippe IV le Bel se heurte à la colère des brugeois qui, en représailles, assassinent tous les français de la ville. Ce sont les terribles matins de Bruges (Brugse Metten).

L’épisode se termine par la bataille des Éperons d’Or à Courtrai le 11 juillet 1302 et la victoire des flammands.

Place marchande internationale

La place centrale (à l’époque) de la cité attire les marchands des mers : gascons, anglais, suédois trouvent à Bruges un lieu d’échange commercial très pratique pour leurs affaires.

Au tout début du 13ème siècle, Bruges améliore encore sont intérêt commercial avec la levée de certaines taxes par le comté de Flandres qui souhaitent renforcer l’attrait de la cité. Les commerçants d’Allemagne puis d’Italie, du Portugal, de l’Espagne deviennent des utilisateurs réguliers des services de la ville.

Bruges, Première bourse européenne

Au 13ème siècle, la première bourse européenne voit le jour. Les principaux acteurs se réunissent devant la maison des Van des Buerse (qui donnera plus tard le nom de bourse). Les monnaies de tout le monde civilisé s’y échangent tout comme les prix à venir des marchandises en transit ou en production à l’autre bout du monde. En parallèle de cette invention, tout un écosystème autour de la finance se met en place.

Lieu incontournable du commerce européen, Bruges voit sont apogée entre le 12ème et le 15ème siècle.

Le déclin de la cité

Au 16ème siècle, la ville compte 100000 habitants mais les belles années sont déjà derrière elle. L’accès à la mer devient de moins en moins praticable et la baie du Zwim s’ensable inéluctablement jusqu’à empêcher les bateaux de venir jusqu’en ville. Plusieurs tentatives de désensablement ne suffiront pas au marchandes pour revenir. Le commerce diminuant la ville perd un certain nombre de ces privilèges.

Anvers devient alors la première ville de Flandres.

Un timide renouveau

Les 3 prochains siècles ne verront pas d’améliorations majeures au profit de la ville et ce n’est qu’avec la construction du nouveau Bruges avec port et canal avec les moyens modernes en 1907 que Zeebrugge situé en bord de mer permettra à la ville de sortir de sa torpeur commerciale.

Le port de Zeebrugge est aujourd’hui une importante plateforme d’échange maritime.

Photo : Olivier Duquesne



Qu'avez-vous pensé de cette page web ? Votez maintenant : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (13 avis, note moyenne : 3,62)