Vous êtes ici : Accueil > À la découverte de Bruges > La loterie de Bruges

> ... > La loterie de Bruges
Actualisé le 12 janvier 2022

La loterie de Bruges

En 1441, la première loterie du monde prit place à Bruges. Ce n’était peut-être pas la première loterie mais c’est en tout la plus vieille pour laquelle des archives existent. Avant cette date, en Europe du Nord, la remise de prix en espèce après tirage au sort n’avait jamais été réalisé. La pratique existait pour d’autres prix (des fonctions, négociant en vin par exemple pour Bruges).

Ce qui motiva la création de cette loterie d’un genre nouveau fut le besoin de payer un amende. Pour s’être rebellé contre l’autorité, les guildes de Bruges attirèrent le courroux du duc de Bourgogne. Ce dernier imposa à la ville une lourde amende. Les responsables locaux avait 2 possibilités : augmenter les impôts et s’attirer les foudres des habitants ou leur proposer de donner volontairement un peu d’argent en échange d’un possible gain financier en espérant collecter assez pour payer le gagnant et s’acquitter de leur dette envers Philippe le Bon. C’est le second choix qui a été choisi.

La loterie moderne était née et avec la loterie tout le monde est gagnant : le participant, même s’il ne gagne pas, fait une bonne action en participant à une bonne cause. La recette était tellement bonne que dans les 60 années qui suivirent plus de 80 loteries furent organisées dans le pays. Rapidement, les loteries s’exportèrent en suivant les routes commerciales d’alors. Au 16ème siècle, toute l’Europe était convertie.

Cette loterie ressemblait beaucoup à celles que nous connaissons aujourd’hui. Les archives de la ville de Bruges, stockées au Franc de Bruges révèlent certains détails de la première loterie organisée en citant les montant attribués par tirage au sort. Les toutes premières loteries se tenaient sur le Markt. Sur une scène, face au public, les responsable politiques de la ville avaient chacun un rôle : tirage au sort, écriture des noms des gagnants… Il y avait 2 paniers : l’un contenant les lots, l’autre le nom de chaque participant. Chaque tirage était fait face au public, déclamé et écrit pour une totale transparence. Depuis 500 ans, les règles ont peu évolué et les bénéfices sont toujours essentiellement affectés à une cause d’intérêt collectif ou à un but social, scientifique, humanitaire…

La loterie nationale belge nationale a souhaité mettre en avant cet anniversaire en proposant des animations dédiées (tombola durant le marché de Noël, représentation de Carmina Burana, promenades en réalité virtuelle, exposition), la publication d’un livre et surtout des tirages spéciaux durant la première semaine de décembre 2021. Certains des événements sont ponctuels et se déroulent sur une journée et d’autres sont accessibles pendant plusieurs semaines jusqu’à fin février 2022. C’est le cas de la balade en réalité virtuelle qui propose 3 parcours de différentes longueurs avec un peu plus de 15 points d’intérêts. C’est aussi l’occasion de visiter l’exposition temporaire dédié aux loteries médiévales qui est visible aux archives municipales.

  • La guilde de Saint-Georges fait partie des précurseurs en organisant dès 1457 une loterie ;
  • L’église Sainte-Anne a du organiser une loterie en 1554 pour finir sa construction ;
  • L’église Notre-Dame fit de même un an plus tard pour réunir des fonds pour l’église ;
  • La guilde de Saint-Sébastien organise des loteries depuis 1560 et un tableau conservé sur place montre la loterie de 1753 ayant pris place dans la salle royale de la guilde ;
  • En 1574, l’école Bogarde (œuvres sociales) a besoin de fonds pour assurer son alimentation en eau potable. Pieter Pourbus réalisa l’affiche dédié à cette loterie ;
  • L’hôpital Saint-Jean a organisé des loteries depuis le 19ème siècle pour soutenir son action auprès des plus nécessiteux ;