Simon Stevin

L’ingénieur et mathématicien Simon Stevin est une personnalité du début de la renaissance dont la notoriété rayonne dans les Pays-bas mais aussi les pays proches de l’Europe. Touche à tout, il passera facilement de la musique au génie militaire en passant par la comptabilité et la formation des ingénieurs. Malgré ses travaux novateurs pour son époque, leur diffusion est limitée par la barrière de la langue et il ne sera re-découvert que plus tard par les grands pays proches.

Né à Bruges en 1548 (date approximative), il est issu d’une famille protestante. D’abord citoyen de Bruges, il émigrera ensuite vers les Provinces-Unies (Hollande) à cause des persécutions religieuses, parcourra l’Europe pour finalement poser ses valises à Leyde à 200km au Nord-Ouest de Bruges. C’est à Leyde qu’il décède en 1620 à l’age de 72 ans après une vie bien remplie.

De se naissance à Bruges, une place et une statue célèbre son talent : il y est représenté avec les instruments du scientifique.

Le travail et les apports de Simon Stevin

Simon Stevin a d’abord suivi une formation de comptable. Très vite les sciences l’intéresse. Attiré par l’univers de la mer (techniques de pilotage, construction de bateaux et d’infrastructures portuaires) il prend la mer, sillonne la mer du Nord et la mer Baltique. De retour sur terre, il applique ses connaissances dans de nombreux domaines d’activités : chars à voile, optique mais aussi mathématique (surtout les mathématiques avec des bases très intéressantes pour la renaissance à venir – notation décimale, fractions, puissances, géométrie, calculs d’intérêts…), physique (chute des corps, statistiques des fluides, paradoxe hydrostatique…) et même une tentative d’unification des vieux dialectes de son pays.

Repéré pour ses talents multiples, il prend la casquette d’ingénieur et travaille sur les infrastructures portuaires, maritime et les canaux de Hollande. Il invente par exemple un ingénieux système de défense par écluses qui permettaient d’utiliser l’eau comme rempart contre les envahisseurs. Un peu comme Vauban en France, il est chargé des défenses maritimes et décide de former des ingénieurs dédiés à cette tâche.

Et puis Simon Stevin est aussi un mathématicien mélomane. Il résout en 1529 un problème d’incohérence dans la gamme utilisée jusqu’à alors. Pour cela, il se base – encore –  sur les mathématiques.

La place et la statue à Bruges

Reconnu tardivement pour son travail, il est encore un relatif inconnu quand il est proposé pour nommer la place qui portera ensuite son nom à Bruges. Nous sommes alors en 1819 et il faut un certain battage médiatique pour que les habitants découvrent le personnage. Certains sont contre mais finalement la statue est bien installée (en retard et en plâtre en attendant mieux le jour de l’inauguration).

Dans tous le pays, le sentiment national et l’unité nécessaire à l’élaboration d’une histoire nationale passe par la reconnaissance de figures héroïques du passé. À l’aide de subventions, des personnages sont donc mises en avant et des subventions sont débloquées. C’est dans ce cadre que la place et la statue Simon Stevin sortent de terre.

Photo : Dimitris Kamaras





Qu'avez-vous pensé de cette page web ? Votez maintenant : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles